Rechercher

Le DJ aurait t'il cassé l'ambiance ?




Dustin Johnson, future panthère verte ?


Certes on entend de ça et là un cri qui résonne entre les pins, mais il faut bien se l'avouer, sans spectateurs, Augusta n'a pas la même saveur !


Après deux tours, le leaderboard ultra congestionné façon métro parisien pouvait peut être apporter le piment de cette édition, mais c'était sans compter sur Dustin Johnson.


L'américain, numéro 1 mondial, a tout simplement survoler cette troisième ronde avec son second 65 de la semaine pour un total de -16 et quatre coups d'avance !

Un presque albatros au par 5 du trou n°2 pour un eagle donné suivi de deux birdies le plaçait d'emblée en avant du peloton ! S'ensuivait trois birdies de plus et aucun bogey jusqu'au 18 pour une partie tout en contrôle et en facilité !







Et derrière ça donne quoi ?


Alors qu'on attendait John Rahm au répondant, l'espagnol semblait subir la pression du rythme imposé par DJ et son début de partie stratosphérique.

Justin Thomas quant à lui tentait de rester à flots mais finissait par lâcher complètement sur le dernier tiers du parcours, pourtant propice aux birdies !


Ce sont finalement les "underdogs" internationaux de ce troisième tour qui, studieusement, parvenaient à rester au contact de l'Américain.


Tout d'abord Abraham Ancer, loin d'être le plus puissant du tournoi mais qui de son mètre soixante-dix continue depuis trois jours de balancer fléchettes sur fléchettes. Avec autant de régularité et un putting plus en verve, gare à ce joueur qui pourrait bien être le second Mexicain en deux semaines à faire manger des tortillas au grand Dustin ! (Victoire de Carlos Ortiz la semaine dernière à Houston, juste devant Johnson)


Ensuite le sud-coréen Sunjae Im, qui avait partagé les deux premiers tours avec Victor Perez, moins régulier sur son jeu long qu'Ancer mais diabolique sur les greens depuis le début du tournoi !


Mais aussi Cameron Smith, jeune australien redoutable d'abnégation qui grâce à trois birdies en fin de partie, se place au second rang à égalité avec les deux précités.


Enfin, 5 coups derrière, le puissant sud-africain Dylan Fritelli complète ce top 5 international qui partira en chasse ce dimanche.



Et plus loin encore ?


Au-delà de 5 coups ce sera difficile mais Augusta permettant les scores bas tout autant que les craquages, on ne sait jamais ! Un énorme come-back de l'arrière est toujours possible et nul doute que c'est ce qu'auront en tête certains cadors !

Thomas, Reed, Rahm, Fleetwood, Koepka ou encore Rory Mc Ilroy qui sans sa fâcheuse tendance à rater ses premiers tours de majeur, aurait certainement déjà bien plus de majeurs dans sa besace !





Des nouvelles de WOODS ?


Tiger n'aura malheureusement pas réussi à garder son rythme du premier tour. Dans une troisième journée à rallonge, on a senti le tigre agacé par la réaction de ses balles sur les greens, un peu trop softs à son goût certainement. Alors qu'il avait superbement débuté son tournoi, la plupart de ses attaques de greens étaient un poil moins précises, l'obligeant à de nombreuses reprises à sauver des pars ou à putter de trop loin pour espérer quoi que se soit. Ajoutez à cela un manque de réussite sur les occasions de birdies franches et vous obtenez deux cartes solides, mais insuffisantes pour jouer les premiers rôles. Un petit emballement au niveau du score aura manqué au tigre pour le mettre en confiance et faire basculer ses parties dans le bon sens. On notera quand même sa maestria autour des greens !


Une maestria que n'aura pas eu ....





Victor Perez !


Le seul Français qualifié pour ce masters d'Augusta avait laissé entrevoir un bon espoir pour le WE avec un jeu long impressionnant de maîtrise et de régularité.

Malheureusement, une erreur de club sur le 10 (son premier trou) et un coup pas très bien payé au 13 (potentiel eagle transformé en bogey) auront eu raison de la patience exemplaire du français lors des deux premiers tours.

Un grand jeu qui l'abandonnait peu à peu et un jeu autour des greens toujours aussi peu inspiré le faisait disparaître en fond de classement.

Une bonne piste de travail pour le français qui devra dans le futur, apprendre à limiter la casse lors des jours de moins bien.


Allez... Un petit mot sur Bryson ?


L'équation Dechambeau c'est très simple, plus de fairways touchés = moins de bogeys et un 69 (-3) tout discret après ce cut passé in extremis.

Certainement l'une des plus mauvaises semaines de l'année pour l'Américain en terme de frappe de balle, malheureusement pour lui, mais heureusement pour le reste du champ !



Mon pronostic :


Sans grande surprise DJ, on imagine mal comment il pourrait craquer aujourd'hui. Sauf si bien sûr ses fantômes du passé refont surface !

Avec le record de WOODS en ligne de mire pour le plus bas score de tous les temps réalisé à Augusta, son début de partie, s'il est canon, risque d'enlever de la saveur au passage de l'amen corner ce dimanche après midi.

Sinon, j'aimerais beaucoup qu'Ancer créé la surprise, sur un parcours XXL ce serait LA farce de l'année !

En prime, cela éviterait au golf européen de sombrer dans la dépression avec trois vainqueurs américains sur les trois seuls majeurs joués cette année, tous sur le sol de l'oncle Sam.



Affaire à suivre donc...



Florent Alès





331 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout